La Gayvolution


Pour une fois, je n'ai pas envie de jouer au loup aujourd'hui. Ni vous spammez des nouvelles créations gothiques de Florence.
Pour une fois, je n'ai pas envie de laisser la bête s'amuser à titiller votre peur de la nuit au plus profond de la forêt, c'est fascinant, mais pas aujourd'hui.

Dans les yeux du loup

Par contre, j'ai envie de parler de ces autres peurs, qui se sont exprimées avec plus ou moins de violence, de façon plus ou moins légitime suivant de quel côté on penche.
Je ne vous retirerez pas le droit d'avoir peur, je ne vous retirerez pas le droit d'être en désaccord.
Je ne vous retirerez pas le droit de vivre dans vos convictions et votre normalité.
Par contre, si je pouvais, je vous retirerez le droit de refuser d'accorder la liberté d'aimer, d'imposer votre vision unilatérale d'une vie à 2.
Quand je regarde tout ce que vous êtes capable de faire, toute la violence dont vous faites preuve pour empêcher deux femmes, deux hommes de s'aimer et d'aimer les enfants.
Quand je vois avec quelle conviction, quel acharnement, vous combattez l'amour, vous luttez contre le bien-être, le bien-vivre de votre prochain.
Tout cela juste parce que vous croyez avoir le monopole du savoir aimer ! Parce que vous (bien ?) pensez qu'un homme qui aime un autre homme ne peut pas aimer un enfant.
Ça vous paraît tellement vicieux au point de penser que cela va faciliter les prédateurs sexuels qui pourront ainsi élever leur propre proie.
Au mon dieu ! Être Gay c'est la même chose qu'être pédophile ?


Mais vous n'avez rien compris, vous ne savez pas ce que veut dire aimer et vous l'avez prouvé, devant toutes les télés du monde.
Vous avez montré avec énormément de force, votre haine, votre intolérance, en prenant à témoin vos propres enfants, trop jeunes pour comprendre à quel point vous les manipulez.
Je me demande ce que ça va devenir dans les cours de récréation quand ils vont croiser leur petits camarades, qui auront la tare de vivre dans un foyer différent de votre sacro-saint modèle.
Je n'ose imaginer la souffrance et le déséquilibre émotionnel que cela va provoquer autant du côté des victimes que du côté des bourreaux.
Et je me dis que tout ce contre quoi vous avez voulu vous battre, vous l'avez vous-mêmes incité.
Beaucoup diront que le temps va atténuer les (in)différences, que peu à peu la société française acceptera et l’intègrera dans son quotidien. Et je le crois aussi.
Mais je crains que cette graine de haine que vous avez semée, ne s'élève insidieusement et gangrène (tiens une fusion de graine et haine) un avenir qui n'est pas des plus prometteurs.
Il y a tellement d'autres combats à mener, de libertés à conquérir, et vous, vous avez pris le chemin à l'envers.

Regardez sous vos pas, vous piétinez votre humanité...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et pourquoi pas ?

Le chaperon rouge

Coup de lune