14 ans révolus

- Dans quelques jours je te rejoints. Je t'ai rattrapé...
- Tu vois... Tu vieillis. Tu te moquais bien de moi ! Tu auras toujours de l'avance que tu me répondais.
- Et c'était vrai... Tes cheveux blancs et ta barbe toute grisonnante ! Oui c'était vrai, quand je te regardais je pouvais me dire, c'est ma tête dans 14 ans, ou presque.
- Hahaha, tu étais trop sage ! Tu as sûrement moins de rides que moi aujourd'hui, que celles que j'avais déjà, il y a 14 ans. As-tu la barbe ?
- Non, jamais ! Je vous ressemble trop sinon et ça fait mal dans le miroir !
- Pourquoi ça fait mal ? Souviens toi, je t'ai appris à écouter Brassens et il disait quoi ?
Ce n'est rien que Comédie - que de fausse sortie !
- Oui... Mais Patou, tu n'es pas parti seul !
- ...
- Le Yan t'a emboité le pas, très vite, trop tôt ! Quoi ? tu ne savais pas ?
- Non ! Comment ?
- A moto...Tout est lié. Il a acheté son gros cube, avec les sous qu'on a touché de ton assurance. Et la moto nous l'a arraché, 6 mois après toi.
- Ahhh, non, c'est pas vrai ! Pas de moto, Papa nous l'a tant répété. Jamais de moto, et on a désobéi, moi le premier. Finalement c'est toi qui a toujours eu raison, le fils sage.
- Non Patou, si la mort se pointe à chaque fois qu'on désobéit, il n'y aurait plus personne sur terre. Je n'ai pas eu raison, pas plus que toi. J'ai eu de la chance dans mes choix, c'est aussi simple que ça. Mais au final, je suis aussi fou et désaxé que vous... Je reste votre frère, à la seule différence que je suis le survivant. Le dernier petit loup debout.
- Et papa ? Et Chantal ?
- Papa est parti, ça va faire 4 ans en octobre prochain. Il vous a survécu presque 10 ans. Ça était très dur, avec maman et ses dépressions successives, il était présent pour elle, pour la sortir de sa mélancolie aggravée. Mais il a gardé sa foi, et l'espoir de vous retrouver tous les 2, dans sa vie après la mort. C'est là-dessus qu'il a tenu je pense.
- C'est raté... ou pas ! Ça je ne te le dirais pas, mais si on suit ses règles, on est en enfer avec Yanou. Tu sais qu'il commettait le pécher mortel, notre petit frère ?
- Oui, je crois que je l'ai toujours su, même si sa mort l'a révélé par le visage d'un petit roux barbu et perdu, c'était juste une confirmation, pour ma part en tout cas ! Une vraie assistante sociale, ce Yanou. Il a toujours ramassé les paumés, et son amant en était un de plus.

- 14 ans, tu as mon âge maintenant. Tu n'as pas d'enfant, j'imagine ?
- Non.
- Tu ne m'as jamais dit pourquoi ! A cause de ta blonde ? Laurence ? Un peu coincée ta promise... Tu parles, tu vas me chercher une fille de pasteur ! Quoique ça te ressemblait à l'époque, enfin en apparence !
- Ce n'est pas à cause d'elle je dirais pas ça. Mais c'est vrai qu'après cette histoire, j'ai changé d'avis. Plusieurs choses m'ont détourné de ce destin trop conventionnel. Et c'est sur que les adventistes en sont la première raison. Non, pas une cause, ce n'est pas ça, le premier déclencheur qui m'a ouvert les yeux ! Oui c'est ça. Dans ce milieu si parfait, avec des messages pleins d'amour et des gens si éloignés de leurs belles paroles, j'ai perdu ma confiance dans cette société. Comment veux-tu que j'impose un avenir comme cela à mes enfants ? J'ai fait mon choix.
- Et ben, tu as dû faire beaucoup de malheureuses ! Mon coquin. Mais bon une heureuse en tout cas.
Toujours avec ta brune ? Elle avait mon âge si je me souviens bien. Laurence t'as vraiment transformé, frangin, quand tu l'as quittée, tu t'es retourné vers les femmes plus mûres ! Déjà que tu m'avais piqué ma maitresse ! Quand je l'ai su, tu m'as bousculé dans mon orgueil mais j'étais fier de toi ! A ses yeux je ne soutenais pas la comparaison ! Hey, 14 ans de moins, j'avais perdu d'avance, voyou !
- L'atout de la jeunesse. Au moins on s'est retrouvé sur cet oreiller ! Avec ses extraordinaires yeux verts on peut dire qu'on a eu bon goût ! C'est vrai qu'elle a aimé ma jeunesse, et comme j'ai pu lui apporter ce qu'elle attendait, assouvir un de ses fantasmes : une nuit entière d'amour quasi non stop. On a même commencé plus tôt à l'heure du digestif ! Jusqu'à l'aube, sans dormir.
C'est moi qui lui ai appris la mauvaise nouvelle, lorsque tu es parti. Elle attendait que tu l'appelles, elle ne savait pas. Elle a compris pourquoi ce grand silence. Depuis je ne l'ai plus revue.
- C'est ça la mort, quelqu'un t'attend quelque part, sans savoir et il t'attend toujours.
- Tu as un message pour elle ? Je peux toujours l'appeler, elle n'a pas déménagé, toujours dans sa maison au sud de Marseille.
- Non, que veux-tu que je lui dise... Après 14 ans, elle n'a plus rien à entendre.
- Dis donc quand je te regarde, je ne trouve pas en forme... Tu vas bien sinon ?
- Petit con, tu voudrais que je sois en chair ? Arrête de me faire rire, j'ai les os qui cliquètent !
- Hahahaha !
- Allez c'est toi qui va avoir une gueule de déterré demain... Va te coucher ! A ton âge, mon âge, l'heure est plus que passée !
- Hahaha ! Vieux con ! Je t'aime !
- Bonne nuit petit frère !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et pourquoi pas ?

Slept So Long (Jonathan Davis - Queen Of Damned)